Partager l'article :

Cette analyse est extraite du dossier RETIS « Analyse statistique du secteur de l’e-commerce belge« 

Où se situent les e-commerçants belges ?

Chaque année, le cabinet-conseil RETIS analyse l’offre en E-Commerce en Belgique. Cette page publie la dernière version de la partie de cette étude consacrée à la localisation des entités économiques belges qui se sont déclarées avec comme principale activité le commerce de détail en ligne BtoC.

 

7831 e-commerçants belges pure-players BtoC fin 2020

Sur base du recensement effectué fin 2020, voici une carte inédite situant, par arrondissement, les commerçants belges ayant principalement une activité commerciale de détail en ligne.

En raison des règles en matière de protection des données personnelles, la carte localisant précisément les e-commerçants répertoriés, dont la très large majorité (plus de 80%) exercent à partir de leur domicile privé, ne peut être diffusée en ligne.

Carte des e-commerçants belges

Le nombre d’entités économiques déclarant avoir principalement une activité de commerce de détail en ligne a augmenté de 45% entre 2019 et 2020 (contre 20% entre 2018 et 2019), pour atteindre 7831 au 31/12/2020 (5407 fin 2019, 4205 fin 2018).

2020 est la dernière année de disponibilité de ces données; le décompte au 31/12/2021 sera disponible fin 2022.

Ce total reprend tant des indépendants (6282) que des sociétés (1213 SRL, 363 SNC/SCS, 96 SA), ainsi que des organismes / ASBL (49).

Ce chiffre de plus de 7500 entités juridiques belges actifs dans le retail en ligne reprend en principe tous les pure-players belges BtoC, ainsi qu’une partie des « click & mortars » (voir les observations concernant ces chiffres).

Carte de la situation l’année précédente (fin 2019)

Carte des e-commerces en Belgique

Plus de 2500 e-commerçants étrangers déclarés actifs en Belgique

A ces 7831 e-commerçants belges, il faudrait rajouter pas moins de 3527 sociétés étrangères inscrites à la BCE en mentionnant une activité commerciale de détail en ligne, soit une progression de plus de 30% en un an.

Cela n’implique pas forcément que ces sociétés disposent d’un bureau physique en Belgique, mais qu’elles ont dû s’enregistrer, essentiellement pour respecter leurs obligations en matière de déclaration de TVA intra-communautaire. En principe cette démarche était requise dès que le seuil de 35 000 € de vente de biens en ligne est atteint sur base annuelle (les règles ont été modifiées depuis le 1/7/2021, rendant dorénavant non nécessaire cet enregistrement dans chaque état étranger où se situe les consommateurs).

Cette proportion très importante de sociétés étrangères ne surprend guère: Les belges achètent massivement sur des e-shops étrangères.

Ainsi, en Belgique, 64% des e-consommateurs déclarent avoir commandé en ligne au cours des 12 derniers mois au moins une fois auprès de vendeurs d’autres pays de l’U.E. (moyenne européenne: 36% – chiffres du Baromètre 2019 du SPF Economie & Eurostat), et 19% ont acheté sur une e-shop hors Europe.

Répartition géographique des e-commerçants par régions en Belgique:

Les 7831 e-commerçants BtoC se répartissent entres les 3 régions belges de la manière suivante:

  • Région Flamande : 5291 e-commerçants (68%), contre 2586 fin 2019
  • Région Wallonne : 1876 e-commerçants (24%), contre 1210 fin 2019
  • Région Bruxelloise : 664 e-commerçants  (8%), contre 490 fin 2019
repartition des e-commerçants par région

La province d’Anvers est de loin la plus dynamique en entreprises e-commerce par rapport au nombre total d’entreprises (avec un taux de 1 % d’entreprises actives dans le secteur).

En analysant à une échelle administrative inférieure, les 8 arrondissements où la proportion d’assujettis déclarés actifs dans l’e-commerce est la plus forte sont 6 arrondissements flamands et 2 arrondissements wallons: Anvers (1,13%), Hasselt (0,94%), Maaseik (0,91%), Tongres (0,90%), Turnhout (0,89%), Saint-Nicolas (0,89%), Liège (0,86%), Charleroi (0,85%).

Pas de boom e-commerce en zone rurale en Belgique

Si l’e-commerce est considérée en France comme une activité en essor spécialement en zone rurale, cela ne semble pas être le cas en Belgique (Ardenne, mais aussi Flandre occidentale), même en valeur relative (ratio par rapport à la population ou au nombre d’entreprises). Les provinces de Flandre occidentale et du Luxembourg obtiennent d’ailleurs les 2 plus mauvais taux (ration de 0,57% d’e-commerçants parmi les entreprises situées dans ces 2 provinces, soit nettement moins que les 1% pour la province d’Anvers).

Plus grande proportion de pure-players e-commerce en zones rurales au Grand-Duché de Luxembourg.

A titre de comparaison, sur base des mêmes critères, plus de 350 pure-players e-commerce BtoC sont situés au Grand-Duché de Luxembourg fin 2019 (302 début 2019). A noter que ces activités sont mieux réparties qu’en Belgique entre zone urbaines et rurales. Luxembourg-Ville polarise en effet cette activité de façon peu marquée (1/4 des établissements spécialisés dans l’e-commerce).

Il n’est pour l’instant pas possible de comparer ces chiffres belges et luxembourgeoises avec le marché allemand, anglais, ou français, les méthodologies statistiques étant différentes.

Autres données sur le secteur de l’e-commerce BtoC belge analysées par RETIS

Dossier RETIS « Analyse statistique du secteur de l’e-commerce belge« 

Autres statistiques sur l’e-commerce en Belgique

Une compilation des statistiques disponibles sur l’e-commerce en Belgique est rassemblée par RETIS.

Partager l'article :
X