Partager l'article :

L’E-commerce, ou le Commerce Électronique, désigne toutes les activités commerciales qui ont lieu sur Internet. Avec une croissance constante ces dernières années, l’E-commerce est aujourd’hui un secteur économique incontournable.

Selon différentes études réalisées en Belgique, en France et en Europe, le montant ainsi que le nombre des achats en ligne effectués par les consommateurs continuent de suivre une tendance haussière.

Parmi les chiffres forts qui témoignent du poids et du succès de ce secteur, il y a le chiffre d’affaires du secteur de la vente en ligne. En 2021, l’E-commerce a représenté un chiffre d’affaires de 718 milliards d’euros en Europe, soit une augmentation de 13% par rapport à 2020, et est estimé à 797 milliards d’euros pour l’année 2022.

À l’échelle de la Belgique, le chiffre d’affaires du secteur du commerce électronique s’élève à 12,7 milliards d’euros, tandis que chez nos voisins français celui-ci a dépassé les 140 milliards d’euros. (Source : Le rapport 2022 de l’E-commerce en Europe publié par Ecommerce Europe).

L’E-commerce séduit de plus en plus de consommateurs privés, mais aussi de professionnels grâce à son efficacité et à ses nombreux avantages. Les sites de commerce électronique offrent en effet une multitude de possibilités, que ce soit en termes de choix de produits, de prix, de livraison ou de paiement.

Définition de l’E-commerce

L’E-commerce, ou le commerce électronique, est un terme générique qui désigne l’ensemble des activités commerciales qui s’opèrent sur Internet.

Concrètement, cela inclut toute opération de vente et/ou d’achat de produits, qu’ils soient physiques ou dématérialisés, et/ou de services par le biais d’un site Internet ou d’une application en ligne.

Cette forme de commerce utilise donc les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour faciliter les échanges commerciaux qui ont lieu entre les vendeurs, appelés « e-commerçants », et leurs clients, qu’ils soient particuliers (B2C) ou professionnels (B2B), mais aussi leurs fournisseurs, leurs partenaires ou encore les administrations.

L’E-commerce, comment ça marche ?

Sur papier, le fonctionnement de l’E-commerce est assez simple.

Pour réaliser des opérations de commerce électronique, l’e-commerçant, qu’il soiet particulier ou professionnel, doit ajouter et présenter ses produits et/ou ses services sur une ou plusieurs plateformes de vente en ligne. Il peut s’agir d’un webshop propre ou tiers, d’une place de marché, d’une application mobile…

Dans un premier temps, les acheteurs se rendent sur ces plateformes pour sélectionner les produits et/ou services qui leur plaisent et pour confectionner des paniers d’achat. Ensuite, ces plateformes leur servent à passer des commandes en suivant les différentes étapes prévues dans le tunnel de conversion : panier d’achat, identification, livraison et paiement.

Une fois les commandes finalisées sur les plateformes de vente en ligne, l’e-commerçant n’a plus qu’à préparer les colis et à les expédier aux acheteurs en veillant à bien respecter leurs préférences de livraison : livreur, lieu, délai…

Bien entendu, cette représentation du fonctionnement de l’E-commerce est volontairement réduite à son plus simple appareil. En réalité, il existe de nombreux éléments qui complexifient plus ou moins fortement les activités commerciales réalisées sur Internet.

Citons par exemple des éléments tels que :

Les avantages & inconvénients de l’E-commerce

Si la vente en ligne rencontre un tel succès, c’est bien entendu parce que l’E-commerce présente un grand nombre d’avantages tant pour les vendeurs que pour les consommateurs.

La multitude de possibilités, que ce soit en termes de plateformes, de produits, de prix, de paiement ou encore de livraison, permettent généralement aux deux parties (vendeurs et consommateurs) d’y trouver leur compte.

Les avantages de l’E-commerce pour le vendeur

L’E-commerce offre de nombreux avantages au vendeur. Parmi ceux-ci, il est fréquent de retrouver des éléments tels que :

  • L’augmentation du nombre de clients potentiels
  • Les coûts de communication et de marketing
  • La meilleure connaissance de la clientèle
  • L’automatisation des processus de vente
  • La flexibilité offerte par l’activité sur Internet
  • L’exploitation d’un canal de vente direct
  • La diminution des coûts de distribution

Découvrez ces avantages en détails dans notre article dédié aux principaux avantages de l’E-commerce pour l’e-commerçant.

Les inconvénients de l’E-commerce pour le vendeur

En parallèle des avantages offerts par la vente en ligne, l’E-commerce peut aussi représenter plusieurs inconvénients pour le vendeur. Parmi ceux-ci, il est fréquent de retrouver des éléments tels que :

  • L’investissement est nécessaire pour vendre en ligne
  • La concurrence omniprésente
  • La concurrence internationale
  • Le rythme effréné en E-commerce
  • L’activité dépend des performances des prestataires de livraison
  • Le risque de fraude en ligne

Découvrez ces inconvénients en détails dans notre article dédié aux principaux inconvénients de l’E-commerce pour l’e-commerçant.

Les avantages de l’E-commerce pour le consommateur

L’E-commerce offre de nombreux avantages au consommateur. Parmi ceux-ci, il est fréquent de retrouver des éléments tels que :

  • L’achat 24h/24 et 7j/7
  • La comparaison des prix et des produits entre différents vendeurs
  • Les offres exclusives au web
  • Les prix bas, les promotions et les réductions
  • La quantité d’offres disponibles
  • Le confort d’achat
  • La protection offerte par la réglementation européenne

Découvrez ces avantages en détails dans notre article dédié aux principaux avantages de l’E-commerce pour le consommateur.

Les inconvénients de l’E-commerce pour le consommateur

En parallèle des avantages offerts par l’achat en ligne, l’E-commerce peut aussi représenter plusieurs inconvénients pour le consommateur. Parmi ceux-ci, il est fréquent de retrouver des éléments tels que :

  • La sécurité des données et des paiements
  • Le manque de contact physique
  • Le coût de la livraison et du retour
  • Le moment de prise de possession est décalé

Découvrez-les en détails dans notre article dédié aux principaux inconvénients de l’E-commerce pour le consommateur.

Les Business Models en E-commerce

Les activités d’E-commerce peuvent suivre un grand nombre de Business Models. Ceux-ci dépendent de trois facteurs clés : le type de clientèle, la présence physique d’un point de vente et le conditionnement des produits.

Le type de clientèle

  • B2C: la contraction « B2C » signifie « Business to Customer » et désigne toute opération de commerce entre une Entreprise (Business) et un Particulier (Customer). Il s’agit de la forme de commerce qui est la plus connue de tous.
  •  

  • B2B: La contraction « B2B » signifie « Business to Business » et désigne toute opération de commerce entre une Entreprise (Business) et une autre Entreprise (Business). Il s’agit des transactions qui ont lieu entre les professionnels, c’est-à-dire entre les industriels, les grossistes, les distributeurs…
  •  

  • C2C: La contraction « C2C » signifie « Customer to Customer » et désigne toute opération de commerce entre un Particulier (Customer) et un autre Particulier (Customer). Celles-ci ont généralement lieu par l’intermédiaire de sites de petites annonces, comme Vinted, Leboncoin, eBay ou encore Ringtwice.com
  •  

  • B2G: La contraction « B2G » signifie « Business to Government » et désigne toute opération de commerce entre une Entreprise (Business) et une Administration (Government). Il s’agit des achats effectués par les administrations sur des plateformes dédiées. Par exemple : une plateforme dédiée aux marchés publics

La présence physique d’un point de vente

  • Pure Player: Le terme « Pure Player » désigne une entreprise qui vend ses produits et/ou ses services uniquement en ligne, que ce soit via son propre webshop, via une place de marché ou autre. Une entreprise pure player ne dispose donc d’aucun point de vente physique pour recevoir ses clients. Exemple : Zalando
  •  

  • Click & Mortar: Le terme « Click & Mortar » désigne une entreprise qui vend ses produits et/ou ses services en ligne et en physique. Une entreprise click & mortar dispose donc à la fois d’un webshop et d’un (ou plusieurs) point(s) de vente physique(s). Exemple : Coolblue

Le conditionnement des produits

  • Le commerce de détail: Il s’agit du type de commerce électronique le plus répandu. Les entreprises qui optent pour ce modèle proposent généralement un large choix de produits à leurs clients, qu’ils peuvent acheter en ligne en 1 seul ou plusieurs exemplaires, sans avoir à se déplacer dans un magasin
  •  

  • Le commerce de gros: Les entreprises qui adoptent ce modèle vendent généralement des produits en grande quantité à d’autres entreprises, qui les revendront ensuite à leurs propres clients

Les règles à respecter en E-commerce

L’activité d’E-commerce d’une entreprise établie en Belgique doit respecter plusieurs réglementations qui ont été fixées à l’échelle européenne.

On dénombre 4 réglementations majeures qui doivent être appliquées :

  • La directive européenne sur la vente à distance: Il s’agit de la réglementation qui fixe les règles qui régissent un contrat de vente établit à distance entre une entreprise et un consommateur particulier (B2C). Parmi les règles importantes : le droit de rétractation minimum de 14 jours, le mode, le délai et le montant d’un remboursement…
  •  

  • La directive omnibus: Il s’agit d’un paquet de nouvelles règles additionnelles à la réglementation sur la vente à distance. Celle-ci vise à protéger encore davantage les consommateurs. Parmi les règles importantes : la présence obligatoire d’un numéro de téléphone, l’interdiction d’user de faux avis et de fausses promotions
  •  

  • L’interdiction de blocage géographique en Union Européenne: Il s’agit de la réglementation qui interdit le blocage de l’accès d’un internaute à un webshop sur base de sa provenance géographique
  •  

  • Le Règlement Général sur la Protection des Données personnelles: Il s’agit du RGPD qui fixe les règles qui régissent la récolte, le stockage et le traitement des données personnelles des individus. Parmi les applications importantes : l’application dans le cadre d’actions de marketing digital et l’application dans le cadre d’une activité d’e-commerce

L’ensemble de ces réglementations ont chacune fait l’objet d’articles dédiés sur notre site web. Ceux-ci sont accessibles via la catégorie des articles sur les réglementations en E-commerce.

À noter que d’autres réglementations spécifiques peuvent aussi concerner certaines entreprises belges qui vendent en ligne. L’application de ces réglementations dépend, entre autres, de la nature de l’activité d’E-commerce, des produits ou des services vendus par l’entreprise…

Envie de vous lancer dans l’E-commerce ?

Grâce à son expertise et son expérience d’accompagnement de plus d’une centaine de projets de vente en ligne, le cabinet-conseil Retis peut être d’une aide précieuse pour que votre future activité d’E-commerce parte du bon pied.

Des « entretiens d’éclaircissement » ainsi qu’un accompagnement « à 4 mains » peuvent être sollicités. Dans le cas d’une mission complète de conseil, le coût de celle-ci peut être réduit grâce aux subsides disponibles en Wallonie et à Bruxelles.

Les experts en E-commerce de Retis peuvent vous conseiller au niveau de la stratégie globale de votre future activité de vente en ligne, mais aussi au niveau de la tactique en Marketing Digital afin d’attirer des visiteurs, de l’optimisation du SEO et du tunnel de conversion pour éviter les abandons de panier, des moyens de paiement en ligne et de livraison, et du respect des réglementations.

Partager l'article :