Partager l'article :
Best PracticeVous devez rédiger un billet pour votre blog ou remplir votre site web en articles d’information ? Des règles de rédaction s’appliquent spécifiquement au média web. Voici quelques conseils pratiques pour que votre message sur le web atteigne le mieux possible votre cible.

Evitez le copier-coller à partir d’une version papier

Pour gagner du temps, il est tentant, pour la version en ligne, de faire un copier-coller d’un texte déjà rédigé en version papier. C’est pourtant à éviter si on souhaite bien transmettre son message.

2 grandes particularités doivent être prises en compte dans la communication en ligne :

  1. Le lecteur se comporte différemment en ligne :
    1. la lecture est moins confortable (l’écran d’un portable, mais surtout d’un smartphone, permet de brasser moins de textes en un regard),
    2. la fatigue oculaire est plus rapide (contrastes lumineux moins agréables à la vue),
    3. et surtout l’internaute ne lit plus un contenu de façon linéaire, mais surfe, en suivant des hyperliens ou en basculant rapidement d’un onglet à un autre, et donc vers un site web différent. Plus l’internaute est expérimenté, plus il est impatient. Le lecteur veut que l’article aille droit au but : il veut trouver rapidement la réponse aux questions qu’il se pose.
  2. La moitié, voire parfois presque la totalité de l’audience d’un site provient des moteurs de recherche. Et en Belgique, Google représente plus de 95% de parts de marché. Pour que l’article soit lu, il est dès lors nécessaire d’optimiser son contenu par rapport aux robots de Google. Il faut donc rédiger en pensant à 2 cibles : l’internaute qui consulte la page, mais aussi l’internaute qui lance une requête sur les moteurs de recherche.

Satisfaire tant les robots de recherche que l’internaute impatient impose donc de procéder à des adaptations significatives par rapport à la rédaction “presse”.

Même les journalistes expérimentés rencontrent généralement cette difficulté liée à ce support particulier et sont amenés à suivre des formations pour être efficaces en communication en ligne.

Captez l’attention en moins de 8 secondes

L’internaute n’accorde que 8 secondes maximum à une page pour en connaître le message principal. Une étude a montré que ce délai était encore de 12 secondes en 2008. Avec le développement de la consultation sur tablettes et smartphones, il faut s’attendre à l’avenir à encore une réduction de ce temps d’attention.

Soigner le titre et le chapeau de l’article est donc essentiel. Y consacrer jusqu’à 1/3 de son temps pour optimiser leur contenu se justifie largement. L’enjeu est de convaincre l’internaute d’en savoir plus et donc de commencer à lire l’article.

Optimisez le titre et le chapeau

Le titre doit inciter à lire l’article. Contrairement à une version papier où souvent des effets de style sont utilisés (tels que des jeux de mots, des expressions,…), le titre d’un article en ligne évitera les sous-entendus et artifices linguistiques.

Le texte comportera une dizaine de mots maximum avec autant que possible la présence d’au moins un mot-clé pour lequel on souhaiterait être repris dans les moteurs de recherche. Chaque mot doit être pesé (est-il utile ? peut-on alléger ?). Pour accrocher le lecteur, les titres sous forme de questions sont fréquents sur le web.

Le chapeau de l’article est encore plus fondamental en ligne. Ce paragraphe qui suit le titre doit indiquer à l’internaute si l’article le concerne, pourquoi il faudrait le lire et qu’est-ce qu’on va y apprendre. Le chapeau est donc complémentaire au titre, puisqu’il confirme à l’internaute l’intérêt de lire l’article.

Pour bien rédiger le chapeau, il faut préalablement bien définir :

  • l’objectif (faire de l’audience, convaincre, se faire connaître comme spécialiste, vendre un produit,…) ;
  • le message principal de l’article (et l’angle d’attaque);
  • à qui ce contenu devrait s’adresser (cible);
  • les éventuelles restrictions (pertinent pour tel lieu, pendant telle période)
  • l’argument numéro 1 qui devrait motiver à lire le cœur de l’article.

Une bonne pratique consiste à parcourir la liste des différents types de questions que peut se poser l’internaute face à un nouvelle information et veiller à ce que le lecteur, dès la lecture du chapeau, ait une réponse à ces questions (ou au moins perçoive que la réponse sera rapidement abordée dans l’article).

Les 5 W (What, When, Where, Who, Why) et 2 H (How, How much)

Les 7 questions types à aborder sont :

  1. Quoi ?
  2. Quand ?
  3. Où ?
  4. Pour qui ?
  5. Pourquoi ?
  6. Comment ?
  7. Combien ?

En fonction du sujet abordé, certaines questions seront prioritaires, secondaires ou non pertinentes.

Conseils pratiques

Un bon chapeau se limitera à un paragraphe, composé de 2 à 3 phrases courtes, et entre 150 et 300 caractères maximum.

Il sera souvent mis en forme de manière à le mettre en évidence (décalé / encadré ; « strong »).

Son contenu est souvent indiqué pour être repris dans la balise HTML “meta description” de la page. Ainsi, le texte du chapeau sera vraisemblablement privilégié par Google dans l’affichage des résultats de recherche de Google en dessous du titre de l’article, et jouera donc parfaitement son rôle pour confirmer à l’internaute l’intérêt de cliquer sur le titre.

En le rédigeant bien, on peut significativement diminuer le taux de rebond, c’est-à-dire réduire le risque de rater sa cible avec des internautes qui auraient dû cerner avant de cliquer sur le lien que l’article ne les concernait pas (exemple: éviter que des français cliquent sur un article qui parle des risques de black-out… en Belgique).

Le titre et le chapeau doivent donc être autosuffisants : rien qu’en les lisant, le lecteur doit pouvoir saisir l’intérêt de l’article pour lui.

Rédiger le cœur de l’article

L’internaute s’attend ensuite à découvrir l’information essentielle dans les 2-3 premiers paragraphes de l’article. En effet, moins de la moitié des internautes lisent le reste de l’article et moins de 20% lisent un article jusqu’au bout, selon plusieurs études récentes en France.

2e partie du dossier “bien écrire sur le web” (l’art de bien rédiger le cœur de l’article en ligne, notamment les premiers paragraphes).

Partager l'article :
X