L’e-commerce en Belgique: statistiques

Derniers chiffres disponibles sur l’e-commerce en Belgique:

57 % des consommateurs belges (entre 16 et 74 ans) ont passé au moins une commande en ligne en 2016 (soit: 65% des internautes sont e-acheteurs), sur base de l’enquête TIC 2016 ménages et individus de la DG Statistique du SPF Economie.

Classement des provinces belges par rapport aux régions limitrophes:

Si le niveau d’éducation influence sensiblement ce taux, le facteur “niveau de revenu par ménage” se révèle le plus discriminant: ¾ de la population dont le ménage dispose d’un revenu élevé a fait des achats en ligne, contre moins de 3/10 de la population dont le ménage dispose d’un faible revenu (dernier quartile).

Ce facteur explique vraisemblablement l’essentiel des variations observées par province: la proportion plus importante d’e-acheteurs est observée au niveau des 2 brabants (wallons et flamands) et la plus faible dans la province du Hainaut.

 

Fréquence et budget d’achat en ligne en Belgique

Le budget consacré au cours des 3 derniers mois est très variable. Cela dépend des e-acheteurs: si 12% ont dépensé moins de 50 €, 20% ont par contre dépensé plus de 500 € et 40% entre 100 et 500 € sur le trimestre.

Plus de 10% des e-acheteurs belges ont commandé plus de 5x en ligne au cours des 3 derniers mois.

Selon la fédération COMEOS (enquête 2016):

  • 54% des e-acheteurs dépensent au moins 100 €/mois;
  • la moyenne des dépenses serait de 2388 €/an/ménage;
  • 35% des e-consommateurs font des achats au moins une fois par mois;
  • L’e-commerce atteindrait un peu plus de 7% du chiffre d’affaires du commerce de détail;
  • 33% des consommateurs ont acheté en ligne en 2015 en substitution d’achats effectués auparavant en boutique physique;
  • mais 37% des consommateurs ont acheté en ligne des biens / services supplémentaires.

Le consommateur belge “e-importe” massivement

Paradoxalement, si la balance commerciale de la Belgique est globalement positive, avec une économie tournée vers l’exportation, cette situation est opposée en matière de commerce en ligne : les consommateurs belges achètent en ligne massivement à l’étranger.origine des achats en ligne

Ainsi 63% des e-consommateurs  (soit 34 % des consommateurs) déclarent avoir commandé en ligne au cours des 12 derniers mois au moins une fois auprès de vendeurs d’autres pays de l’U.E. (moyenne européenne: 15,9%), et 15% auprès de vendeurs hors U.E.

Selon une enquête réalisée par BeShopping en novembre 2014, parmi les 100 e-shops les plus fréquentées par les e-acheteurs belges, 75% sont étrangères (répartition NL: 22%, D: 15%, F: 14%).

Par contre, il n’y a pas assez d’e-shops belges et celles-ci ne vendent pas suffisamment à l’étranger.

Les e-shops belges

Il n’existe pas en Belgique de répertoires fiables des e-commerçants. Ceux-ci sont estimés à un ordre de grandeur de 10 à 20 000 en 2015.

Quelques exemples d’e-commerçants

Une très petite minorité a rejoint une des 3 fédérations professionnelles qui se positionnent (totalement ou partiellement) dans ce créneau: COMEOS, BECOMMERCE et SAFESHOPS.

Peu d’e-shops en Belgique par rapport à la France

La FEVAD estime le nombre d’e-shops en France à 200 000 fin 2016. Avec une moyenne d’une e-shop pour 300 habitants, il semblerait donc que proportionnellement, les français aient créé au moins 2 fois plus de boutiques en ligne que les belges. Il faut toutefois tenir compte de la faible fiabilité de ces chiffres, qu’un e-commerçant peut gérer plusieurs e-shops et que le statut d’ « auto-entrepreneur » a suscité un boom de projets, dont de nombreux éphémères ou peu orientés « business ».

Une étude réalisée par RETIS en août 2016 (et actualisée en février 2017) a dénombré 2588 entreprises belges spécialisées dans le commerce de détail en ligne.

Biens / services commandés sur Internet en Belgique

Les activités commerciales les plus concernées par l’e-commerce sont (sur base de l’enquête du SPF Economie):

  • le commerce de biens de la personne
  • le commerce de biens domestiques
  • certains services à caractère commercial (agences)
Habillement, articles de sport 47%
Hébergements touristiques 39%
Tickets pour manifestations 36%
Articles ménagers 32%
Livres, magazines,… (physiques/virtuels) 29%
Tickets de transports, autres dépenses de voyages 28%
Films, musiques 20%
Appareils électroniques, softwares 19%
Alimentation ou articles d’épicerie 11%

Pourquoi des consommateurs belges n’achètent pas en ligne ?

Un consommateur belge sur 4 n’a encore jamais commandé en ligne (chiffres SPF Economie 2016).

1.     Préférence achat physique 73%
2.     Crainte sécurité des paiements 23%
3.     Pas de moyen de paiement en ligne 15%
4.     Manque de confiance au niveau livraison / SAV 13%
5.     Estime ne pas disposer des compétences 11%

Recueil des dernières statistiques disponibles sur l’e-commerce en Belgique:


Dépenses effectuées en ligne par an, par type d’achat

Principaux achats effectués en ligne par les belges, selon l’étude menée par Insides Consulting pour le compte de COMEOS:

Chiffres pour la région wallonne (partie francophone de la Belgique, hors région bilingue de Bruxelles) :

50 % des internautes, soit 40 % de la population wallonne, ont acheté des produits ou services en 2014, selon la dernière enquête statistique menée par l’ADN auprès des citoyens wallons

Les internautes privilégient les sites commerciaux classiques pour leurs achats, mais les sites d’enchères connaissent toujours un certain succès.

En outre, 16% des Wallons (soit 20% des internautes) ont réalisé des ventes en ligne via des sites d’enchères (ou analogues).

Complément: Statistiques de l’e-commerce aux USA, en Europe, en France