fbpx
Partager l'article :
La sphère des réseaux sociaux évolue chaque année. Alors que certains perdent du terrain ou disparaissent, d’autres se créent tout doucement une place au soleil. C’est la raison pour laquelle ce qui fonctionnait bien en matière de social marketing en 2019 ne sera peut-être plus d’actualité en 2020.

Les employés, nouveaux porte-paroles des marques

Alors que pendant la 2e partie de la décennie 2010, les réseaux sociaux semblaient forts cadenassés dans une majorité des entreprises, avec une certaine ligne éditoriale à respecter, une inversion de la tendance est apparue. 2020 devrait être marquée par une plus grande liberté.

Désormais, les employés font partie intégrante de la stratégie de communication et prennent plus facilement la parole sur les réseaux sociaux. Bien gérées, ces actions menées au sein même des entreprises peuvent avoir de nombreux avantages, notamment humaniser son image. En effet, plus les collaborateurs sont fiers de travailler, plus il sera facile pour eux de communiquer sur les valeurs que véhicule l’entreprise.

Il est cependant important que les membres publient en y ajoutant leur propre touche personnelle. Inutile donc que tout le personnel reposte une publication publiée par le CEO ou le service de communication puisque le but ici est de laisser la spontanéité de chacun. Il est d’ailleurs notable que l’implication personnelle génère plus d’interactions que sur le compte corporate. Même si les retombées sont plus grandes pour la marque que pour l’employé, il est néanmoins important que celui-ci y voit tout de même un intérêt. Le partage doit donc se faire sur base volontaire, en adéquation avec les valeurs de la société et de l’employé.

L’équilibre entre canaux publics et privés

Durant de nombreuses années, la tendance était au partage de sa propre vie ou celle de son entreprise et ce, parfois de manière démesurée. Avec l’arrivée des stories, ce partage a pris un caractère instantané, démultipliant ainsi l’aspect public.

Avec des utilisateurs de plus en plus informés sur la protection des données, les réseaux sociaux tendent à changer et à inclure davantage de canaux privés. Alors que Linkedin lance ses stories pour les coéquipiers, Instagram quant à lui instaure les stories accessibles uniquement aux amis proches. Il y a donc une certaine volonté à restreindre le contenu visible de tous.

Mark Zuckerberg a d’ailleurs dit lors d’une conférence en 2019 que l’avenir était privé. Cela sous-entend que les utilisateurs sont de moins en moins friands à l’idée que l’on collecte leurs données. C’est la raison pour laquelle Facebook met en place une déconnexion des profils afin que les personnes puissent décider ne pas être traqués par le Pixel.

Tik-tok bouleverse les codes

Tik-tok, anciennement connu sous le nom de Musical.ly, est une plateforme réunissant plus de 800 millions d’utilisateurs dont la cible se situe principalement dans la tranche des 16-25 ans. Le succès fulgurant de la plateforme est dû à son aspect viral, les vidéos étant souvent repartagées sur d’autres médias sociaux. C’est d’ailleurs la marque de fabrique de la plateforme : il est possible de télécharger des vidéos qui ne nous appartiennent pas et la repartager.

Bien qu’en plein essor, la question sur l’investissement sur cette plateforme reste en suspens. Même si certaines marques ont déjà compris l’opportunité de cette nouvelle tendance, comme l’a fait Nike avec ses campagnes de pub sur différents sports, d’autres en revanche attendent de voir comment la tendance évolue. En effet, la croissance ralentit, mais surtout d’autres réseaux sociaux emboitent le pas, comme Instagram qui lance Reels au Brésil, sous le même principe que Tik-Tok.

Cette tendance au contenu original et beaucoup moins cadenassé a également un impact sur le choix des influenceurs avec lesquels les marques travaillent. Auparavant, les agences ne prenaient en compte que le nombre d’abonnés et c’était donc souvent les gros comptes qui gagnaient les marchés. À l’heure actuelle, ce sont les interactions qu’ont les influenceurs avec leur communauté qui suscitent le plus d’intérêt. Les marques préfèrent donc faire appel à des micro-influenceurs.

Le social ROI au cœur des stratégie digitale

Assez récemment, Instagram a enlevé le nombre de like sous les photos postées sur sa plateforme. Bien que la démarche ait été effectuée dans le but de diminuer l’impact que pouvait avoir ces chiffres sur l’état d’esprit des influenceurs et des utilisateurs, il n’en demeure pas moins que le changement a suscité quelques doutes et interrogations. De ce fait, avec la suppression de certains KPI’s et la modification des plateformes au fil des années, il est de moins en moins facile de comparer et d’analyser les données.

C’est la raison pour laquelle certains médias ont tendance à dire que Facebook est en déclin, car les analyses au fil des années sont simplement faussées par la modification de la plateforme. Le nombre d’utilisateurs continue d’augmenter et les possibilités qu’offre Facebook sont bien plus importantes qu’auparavant, comme la crypto-monnaie Libra, qui ambitionne de faciliter les transferts financiers entre particuliers et avec les entreprises partenaires. Facebook continuera d’être challengé par de nouvelles applications mais restera quand même une référence.

Qu’en est-il de l’avenir ?

Chaque année, de nouvelles tendances se dessinent et il est très compliqué de savoir quelles seront celles qui se développeront en 2021. Cependant, il est fréquemment évoqué que la commande par la voix est encore sous-exploitée et tendrait à l’être davantage dans les années à venir. À suivre donc…

Partager l'article :
X